fbpx
Connect with us

Discussion avec la diaspora: Les solutions et propositions pour une île Maurice meilleure

Bruneau Laurette, Shakeel Mohamed, Percy Yip Tong

Societé

Discussion avec la diaspora: Les solutions et propositions pour une île Maurice meilleure

Prev1 of 3
Use your ← → (arrow) keys to browse

La diaspora mauricienne veut un changement pour l’île Maurice et elle veut être partie prenante de ce changement. Dans cette optique, elle a invité plusieurs personnalités afin d’écouter leurs solutions et propositions pour déclencher ces changements. L’activiste citoyen Bruneau Laurette, le député de l’opposition, Shakeel Mohamed et le citoyen engagé, Percy Yip Tong ont répondu à leur appel à la veille de Noël. Nous vous présentons la retranscription de cette discussion virtuelle mais non moins réelle.

Bruneau Laurette : “C’est le peuple qui amènera le changement dans ce pays”

Bruneau Laurette explique que ce sont les citoyens qui vont changer l’île Maurice. Les politiciens ont toléré le communalisme pour diviser et contrôler le pays. Ces derniers ont utilisé le système pour rester au pouvoir et pour se remplir les poches, ajoute l’activiste citoyen. Et, il est temps que cela cesse. 2021 sera l’année où tout se mettra en marche, présage-t-il.

Combien de députés dans l’opposition actuelle accepteront de quitter leur place au parlement et de descendre dans la rue pendant plusieurs jours et, enfin, assumer toutes leurs responsabilités et défendre ce pays?” 

C’est la question que Bruneau Laurette a d’emblée posée à Shakeel Mohamed, lors de la discussion en live sur Facebook, organisée par la diaspora mauricienne. Le député Travailliste n’a pu qu’avouer son incrédulité et son incapacité à répondre pour les autres membres de l’assemblée. 

Bruneau Laurette clame, haut et fort, qu’il n’y a pas 10%, voire 5%, des parlementaires qui le feraient. “Le système politique a bénéficié à tous les partis politiques qui ont été au pouvoir jusqu’à maintenant. Tous ceux-là ont utilisé le système pour rester au pouvoir et pour se remplir les poches. Les politiciens ont toléré le communalisme pour diviser et contrôler le pays”, martèle-t-il. 

L’activiste citoyen insiste sur ces faits qui sont de prime importance car, selon lui, on ne peut pas aller dans un combat tout en étant hypocrite. Il faut aller à la racine du mal, dit-il. Selon lui, il ne faut pas s’attendre à ce que le changement à la tête du pays se fasse à travers la classe politique. “Ce sont les citoyens qui vont changer ce pays”, dit-il.

Si 2020 a été l’année du déclic, Bruneau Laurette indique que l’année 2021 sera l’année où tout se mettra en marche. “Les politiciens doivent comprendre qu’ils sont d’abord des citoyens et ils doivent comprendre ce dont le citoyen a besoin”, dit-il. 

Les politiciens de l’opposition ont abandonné le mouvement

Comme John Ramburn, membre de la diaspora, l’a souligné, le mouvement initié par Bruneau Laurette en 2020 aurait dû déjà porter ses fruits,  si les politiciens de l’opposition avaient apporté leur soutien. “Ils n’ont pas soutenu le mouvement et c’est pour cela qu’on est encore là aujourd’hui”, dit-il. Un message de la diaspora, plutôt clair, en direction de l’opposition en ce 24 décembre. 

Ce qu’il faudrait, nous dit Bruneau Laurette, ce sont des mouvements actifs sur le terrain, de manière continue, pour contrer cette omerta qui sévit à Maurice selon laquelle les meilleurs secrets sont gardés par les morts. “L’heure est plus que grave”, dit-il. 

Le changement, selon Bruneau Laurette, doit impliquer tout le monde dont les membres de l’opposition qui doivent eux-aussi vouloir le changement. “Mais à bien y regarder”, dit-il, “l’opposition, parfois, ne veut pas de ce changement parce qu’elle en a bénéficié. C’est pour cela qu’il nous faut des personnes qui ont à cœur l’intérêt du pays au parlement et non pas leurs bénéfices personnels immédiats, mais bien pour le pays dans le long-terme”.

Les citoyens vont prendre en main le pays et vont amener le vrai changement dont ils ont besoin. Tous les changements dans l’histoire de l’humanité sont passés par les citoyens. C’est ce que les politiciens doivent comprendre. Ces personnes, qui ont été au pouvoir pendant ces 52 ans, ont profité et ont abusé des citoyens”, précise-t-il. 

“Quand on va nettoyer ce pays, on va tout nettoyer!”

Si certaines personnes souhaitent rester soumises à un gouvernement mafieux, elles peuvent rester là où elles sont. Si les députés dans l’opposition choisissent de rester soumis à ce gouvernement, ils peuvent rester là (haut) où ils sont. Par contre, quand vont venir les changements que nous allons amener par le bas, il ne faut pas qu’ils croient qu’ils pourront nous solliciter, nous les citoyens. Quand on va nettoyer ce pays, on va tout nettoyer! Je suis disposé à donner ma vie pour le changement et je le ferai avec la collaboration des citoyens de toutes les communautés”, clame Bruneau Laurette. 

Ce dernier explique que quand une faction de la population dit qu’on veut garder le pouvoir dans les mains des hindous, “on oublie trop souvent de dire qu’il y a également des discriminations parmi les hindous eux-mêmes, qui sont en train de subir nombre de préjudices. Pourquoi donc un baboojee, un maraz ou un rajput ne peut devenir Premier ministre à Maurice?”, s’interroge-t-il.

L’île Maurice appartient à chaque Mauricien. Ce n’est pas la propriété d’un groupe, d’une communauté, et encore moins, d’une famille. Si nous ne défendons pas nos droits en tant que Mauriciens, si nous ne descendons pas dans la rue pour cela, rien ne changera. C’est nous, le peuple, qui amènerons le changement dans ce pays”, conclut-il.

Répondant à une question des internautes sur la désobéissance civile, Bruneau Laurette explique que le meilleur reste à venir. Pour le gouvernement, le pire vient de commencer.

Prev1 of 3
Use your ← → (arrow) keys to browse

2 Comments

2 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.

More in Societé

To Top