fbpx
Connect with us

Discussion avec la diaspora: Les solutions et propositions pour une île Maurice meilleure

Bruneau Laurette, Shakeel Mohamed, Percy Yip Tong

Societé

Discussion avec la diaspora: Les solutions et propositions pour une île Maurice meilleure

2 of 3
Use your ← → (arrow) keys to browse

Shakeel Mohamed : “Nous devons prendre des mesures drastiques car l’heure est grave”

Shakeel Mohamed fustige le système politique actuel. Il dénonce le communalisme scientifique et un système qui a permis aux partis politiques traditionnels d’en tirer profit.

Il est tant de penser à changer le système. Il est bon et nécessaire de critiquer mais la critique doit être constructive. Shakeel Mohamed, député Travailliste siégeant dans l’opposition dit ne pas être d’accord avec le système politique actuel. Un système qui a bénéficié au parti Travailliste quand il était au pouvoir et, également, au MMM, au PMSD et au MSM. 

Communalisme scientifique

Après 52 ans d’indépendance, l’île Maurice a acquis suffisamment de maturité pour se permettre une remise en question de tout le système politique, notamment, le communalisme scientifique qui s’est insinué dans les moindres rouages de ce système politique qui date de plus d’un demi siècle, dit Shakeel Mohamed.  

Le député Travailliste, qui en est à son 4ème mandat, dont le premier remonte à 2005, avoue que tous les partis politiques, qui ont été au pouvoir, ont bénéficié du système au détriment d’une île Maurice qui n’a pas pu accéder à son indépendance économique, politique et sociale. 

On ne peut pas vraiment dire que nous avons construit une nation et que nous ayons un patriotisme vivant. Au contraire, on a un système, basé sur la division et sur la peur, poussant la population à se diriger vers ce que l’on peut appeler un communalisme scientifique”, explique-t-il. 

En ce moment, il y a beaucoup de Mauriciens qui n’ont plus confiance dans la force policière, dans le gouvernement, dans les institutions du gouvernement car, selon lui, il y a trop d’interférence et de mainmise de la part de nos politiciens en ce qu’il s’agit de la nomination des personne à la tête de ces institutions. 

La méritocratie n’existe pas. Il n’y a que les personnes qui sont proches du pouvoir qui sont récompensées”, souligne-t-il. Et, il poursuit en soulignant que tous les partis politiques qui sont venus au pouvoir ont tous pratiqué ce système. Le système qu’ils ont pratiqué n’a, malheureusement, pas permis une égalité des chances à Maurice.

2 of 3
Use your ← → (arrow) keys to browse

2 Comments

2 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.

More in Societé

To Top