fbpx
Connect with us

Avinash Teeluck: “Un plan de soutien à l’intention des artistes sera présenté la semaine prochaine”

Avinash Teeluck

Culture

Avinash Teeluck: “Un plan de soutien à l’intention des artistes sera présenté la semaine prochaine”

Aujourd’hui, 15 avril, le monde célèbre la journée mondiale de l’Art. Une célébration qui, une fois de plus, se fera en plein confinement. Le ministre mauricien des Arts et de la Culture, Avinash Teeluck a accepté de répondre à quelques questions sur la situation des artistes mauriciens et les mesures prises pour les soutenir en cette période compliquée.

Quelles sont les mesures prises par le ministère des Arts et de la Culture, pour soutenir la communauté des artistes en cette période de pandémie de la Covid-19? 

Comme souligné par  le ministre des Finances, Renganaden Padayachy au Parlement, la semaine dernière, quand le gouvernement a annoncé les différents “schemes” en 2020, on y a inclus les artistes. Lorsqu’on a enlevé le lockdown, et vu que le secteur touristique était toujours à l’arrêt, les artistes des hôtels, ont continué à bénéficier de ce programme. Une décision a été prise pour que cela reste le cas pour la période juin 2020-juin 2021. 

Selon les chiffres avancés par le ministère des Finances, de juin 2020 à février 2021, au total Rs 17 millions ont été octroyées à 367 artistes.  

Cette année, lorsque le gouvernement a réintroduit le lockdown, les artistes des hôtels ont pu bénéficier d’un soutien de Rs 15,000. Tous les artistes qui évoluent en dehors du secteur touristique bénéficient quant à eux du Self Employed Assistance Scheme, qui est actuellement en cours. Ils ont donc bénéficié des Rs 12,250 payées récemment. Ce sont des mesures prises par le gouvernement pour que les artistes ne soient pas laissés pour compte. 

Qu’en est-il du projet des “concerts virtuels” annoncé par le gouvernement? 

Les concerts virtuels font partie d’un action plan, qui comprend aussi d’autres mesures. Le projet de concert virtuel concerne les musiciens et chanteurs, alors que le plan d’action comprend d’autres projets aussi, pour les autres catégories d’artistes.

Nous avions commencé à implémenter le projet de concert virtuel après le confinement 2020. A cette époque, on se dirigeait déjà vers une normalité dans les activités. De ce fait, nous avons revisité le concept. 

Après un exercice d’expression of interest, il y avait un total de 69 artistes qui ont été sélectionnés. Nous avions fait un “down payment” de 30 %, et ce, avant même qu’ils ne “perform”. Le reste est payé au fur et à mesure des performances. A ce jour, 45 artistes et leurs groupes ont déjà performé, et seulement 4 d’entre eux n’ont pas encore obtenu la totalité de la somme due. Il reste donc 24 artistes à performer. 

Vu l’urgence, et le fait qu’on se retrouve dans la même situation (confinement), on essaie de voir avec les autres institutions comme la MBC, pour permettre à ces artistes de “perform”, et ainsi toucher les 70% de la somme restante. 

Quelle a été le “response” des artistes suite aux mesures annoncées?

Les artistes sont très réceptifs. Ils ont apprécié que le gouvernement ne les ait pas exclus, par exemple dans l’élaboration du SEAS. 

Mais il faut être honnête, nous avons eu plusieurs doléances, par rapport au temps que prenaient les applications pour les aides financières. Mais cela ne concerne pas uniquement les artistes. Beaucoup d’amis artistes m’ont téléphoné pour faire part de leurs doléances. De notre côté, nous essayons de voir comment faciliter ou accélérer les choses. 

On a aussi reçu des doléances venant de quelques artistes, ceux qui ne sont pas éligibles pour le programme de SEAS. Car une des conditions de ce “scheme” est qu’il faut que le “household income” ne dépasse pas Rs 50 000.

Nous avons discuté avec le ministre des Finances et la MRA. On a proposé d’analyser au cas par cas les demandes, pour voir si on peut en reconsidérer certaines. 

Je suis en communication constante avec ces artistes, je les ai rencontrés pas plus tard que vendredi dernier, pour tenter de trouver une solution.

Quels sont les nouveaux projets à venir concernant l’industrie artistique mauricienne? 

Laissez-moi vous annoncer en primeur, que tout comme l’année dernière, où nous avons travaillé sur un plan d’action pour la communauté des artistes, nous travaillons cette année-ci, sur un nouveau plan de soutien. Il est en préparation. Nous essayons de voir comment les soutenir financièrement. Ceci bien sûr, tout en nous adaptant par rapport aux moyens du ministère. On essaie de trouver quelque chose de raisonnable pour permettre aux artistes de toutes les catégories, de respirer. Ce plan sera prêt d’ici la semaine prochaine, et nous pourrons enfin le présenter aux artistes. 

Du côté des projets de loi, nous avons le “Status of Artist Bill”, dont le “draft” est déjà prêt. Nous ambitionnons de le présenter au Parlement cette année-ci. Ce sera un grand pas en avant pour les artistes, parce que nous allons professionnaliser le statut des artistes à Maurice. 

Par ailleurs, l’année dernière, nous avons introduit la révision des “Copyrights fees”, elle entre en application cette année

Il y a également un travail qui est effectué au niveau de la redevance, sur laquelle de nombreux artistes dépendent aussi. 

Il y a une demande qui date depuis assez longtemps, c’est le levy sur les supports électroniques. Nous avons eu une rencontre avec les représentants de la MASA et quelques artistes. Cela va dans la bonne direction. 

La MASA m’a aussi informé qu’elle examinait la possibilité de renouveler l’initiative d’offrir un support financier à ses artistes-membres, comme ce fut le cas l’année dernière. En effet, en 2020, la MASA avait offert une allocation financière à l’intention de ses membres, en puisant de son Provident Fund.  

C’est quoi le provident Fund? Quand un artiste touche de l’argent de la MASA, un pourcentage est déduit et transféré dans ce fonds. Ce dernier est utilisé pour aider les artistes dans des moments difficiles, comme la Covid-19.

Les artistes doivent savoir que je reste à leur disposition, que je reste à l’écoute, car j’estime que ce secteur est important pour le pays, et je compte y apporter tout le soutien nécessaire.

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

More in Culture

To Top