fbpx
Connect with us

Covid-19 | Ile Maurice : Le panier de la ménagère pèse de plus en plus lourd

panier de la ménagère

Societé

Covid-19 | Ile Maurice : Le panier de la ménagère pèse de plus en plus lourd

Avec la pandémie de la Covid-19, la monnaie nationale de l’île Maurice s’est abruptement dépréciée face aux principales devises étrangères (MERI), provoquant une hausse de prix généralisée des produits importés. Pas que! Car les prix des produits locaux ont également pris l’ascenseur, notamment celui des légumes frais.

L’Indice des Prix à la Consommation ou Consumer Price Index,  a augmenté de 2,4 points (ou 2,3%) de décembre 2020 à mars 2021. Cette hausse est notamment alimentée par la hausse du prix des légumes, responsable à elle seule, de 1 des 2,4 points d’augmentation de l’IPC. Au fait, les prix des légumes ont augmenté de 21,7% durant cette période.  

Parmi les autres items de base du consommateur mauricien, à connaître une croissance de prix durant cette période ; l’huile de cuisson (+0,1 point), le riz (+0,1 point), produits de soins personnels (+0,1 point),  entre autres. produits de lavage et des adoucissants (+0,1 point).

Au niveau des services, les honoraires des médecins sont également plus élevés (+0,1 point).

ItemsContribution au changement de IPC% de hausse de l’indice du prix
Légumes+ 1 Pt+21,7
Huile Comestible+ 0,1 Pt+17,9
Herbes culinaires+ 0,1 Pt+43,7
Riz+ 0,1 Pt+5,3
Autres produits alimentaires+ 0,3 Pt+1,5
Produits pour le lavage et adoucissants+ 0,1 Pt+6,8
Honoraires des médecins+ 0,1 Pt+5,3
Véhicules+ 0,1 Pt+1,3
Produits de soins+ 0,1 Pt+4,8
Autres produits et services+ 0,4 Pt+0,7
Total+ 2,4 pts+2,3

Les produits alimentaires et boissons non alcoolisées pèsent évidemment plus lourd dans les dépenses principales des ménages mauriciens. Ils représentent un quart du panier de la ménagère (24,8%), selon l’office national des statistiques.

La collecte des prix pour les dépenses des ménages mauriciens se fait régulièrement. Les prix de 1093 articles dans quelque 520 points de vente sélectionnés pour être représentatifs des régions des îles Maurice et Rodrigues sont notamment analysés, par le bureau national des statistiques.Les prix des fruits, légumes, viandes et poissons frais sont collectés chaque semaine sur 9 marchés à Port Louis, Rose Hill, Quatre Bornes, Vacoas, Mahebourg, Flacq, Goodlands, Pamplemousses et Port Mathurin.

Dépréciation de la roupie

Le consommateur mauricien se voit également confronté à une baisse de valeur de la monnaie nationale. Les deux indices de la Banque Centrale offrent une meilleure interprétation de cette dépréciation de la roupie. Le  Mauritius Exchange Rate Index 1 et 2 sont, en effet, en hausse.

Le Mauritius Exchange Rate Index (MERI) est une moyenne pondérée du taux de change de la roupie mauricienne face aux principales devises étrangères des principaux partenaires commerciaux de Maurice. 

Le MERI 1 est basé sur la distribution des devises du commerce des marchandises, tandis que le MERI 2 est basé sur la distribution des devises du commerce des marchandises et des recettes touristiques.

Le Meri 1 passe de 108,2 points en mars 2020 à 117 points en mars 2021 (+8,1%) . Alors que le Meri 2 de 107 points à 116 points (8,5%). Une augmentation de l’indice indique une dépréciation de la roupie.

Le taux d’inflation global (headline) pour l’île Maurice pour les douze mois se terminant au mois de mars 2021 est calculé, à 2,2%, contre 1,2% pour les douze mois se terminant en mars 2020.

PaysTaux d’inflation
France0,5%
Grande-Bretagne0.9%
Chine2.4%
Inde6.2%
Singapour-0.2%
Australie0.9%
Etats Unis d’Amérique1.2%
Botswana2.0%
Seychelles1.2%
Afrique du Sud3.3%

Selon un rapport de Statistics Mauritius sur les effets de la Covid-19, environ 76% des ménages mauriciens affirment avoir eu des difficultés pour faire face aux dépenses ménagères en décembre 2020.  « Pour faire face à leurs besoins alimentaires, les ménages  peuvent adopter des stratégies d’adaptation négatives, par lesquelles ils sautent un repas ou ne mangent rien pendant une journée entière », peut-on lire dans le document. 

Toujours selon cette étude, il y avait  4% des ménages mauriciens  en décembre dernier, où au moins un membre de la famille, n’avait rien manger pendant minimum une journée entière.

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

More in Societé

To Top